Coopérative Migros Valais

Gottlieb Duttweiler doutait que le Valais fût assez peuplé pour que s'y développe une coopérative.

Image

Il connaissait de surcroît les régions rurales et leur méfiance à l'égard des innovations tranchantes. Mais il avait cependant de la tendresse pour ce canton, dont son épouse, Adèle Bertschi, était originaire.

Ses craintes quant aux réactions de l'establishment n'étaient pas vaines. La jeune coopérative se heurta à l'hostilité des classes bourgeoises, emmenées par les commerçants locaux. Les vexations furent nombreuses durant les premières années: entraves physiques et administratives pour empêcher les camions-magasins de circuler, pressions sur la clientèle, menaces à l'endroit des fournisseurs de produits agricoles etc.

Ces obstacles ne parvinrent pas à décourager les premiers coopérateurs, la plupart du temps des personnes modestes qui appréciaient la qualité des produits Migros et, surtout, leurs prix imbattables. Peu à peu, l'obstination de la jeune entreprise eut raison des résistances diverses.

Gottlieb Duttweiler, qui observait cette évolution avec étonnement, lâcha un jour devant ses proches collaborateurs: «Migros Valais m'émeut.»

Aujourd'hui, la coopérative est l'une des entreprises phare du canton, tant par son chiffre d'affaires, qui avoisine le demi-milliard de francs, que par le nombre des emplois, quelque 1'750 collaborateurs. Elle intervient de manière active dans la formation des adultes et soutient de nombreuses entreprises culturelles. L'allocation à ces activités est de deux millions de francs par an.

Migros Valais en chiffres:

  • 76'750 coopérateurs
  • 24 magasins, 19 MP, 9 restaurants, 1 outlet
  • 55'550 m2 de surface de vente (magasins seulement)
  • 150 apprentis
  • 1'750 collaborateurs
  • 5'000 participants par semaine aux cours Ecole-club