Navigation

Migros - M comme Meilleur.

La durabilité:

nous ne faisons pas qu’en parler, nous agissons. En savoir plus!

Lecture

L’auteure des apprentis lecteurs

Maman et maîtresse d’école enfantine, la Vaudoise Dominique Torti écrit, illustre et édite des albums aux textes courts et aux mots simples pour que les enfants apprennent à lire en s’amusant. Sa série «Petit Détective» cartonne!

Texte Alain Portner
Photos Mathieu Rod
dominique-torti-3

Destinés à la base à ses enfants, les livres de Dominique Torti n’ont pas tardé à avoir du succès.

Il y a deux ans, à l’approche de la quarantaine, la Vaudoise Dominique Torti s’est lancé un nouveau défi: écrire, illustrer et éditer de «chouettes histoires» ciblant les apprentis lecteurs. «C’est un concours de circonstances qui m’a entraînée dans ce projet», précise cette maîtresse d’école enfantine.

En fait, c’est un peu à cause d’Eliot, son fils aîné, qu’elle a lancé sa série baptisée Petit Détective. «Apprendre à lire n’était pas une évidence pour lui. Du coup, pour le motiver, j’ai fait un petit livre dont il est le héros.» Les textes sont courts, les mots faciles et les sons simples. Pour ne pas faire de jaloux, elle en a créé un deuxième, sur le même principe, pour sa fille Lucile.

Le début des aventures de Lulu et Eliot

L’auteure a testé ensuite ses bouquins sur ses élèves. Résultat positif. «Je me suis alors dit que ça pourrait aussi intéresser des gens de mon entourage ainsi que mes collègues.» Finalement, elle prendra un congé sabbatique – d’août 2019 à janvier 2020 – pour étoffer sa collection et l’éditer.

Celle-ci comprend aujourd’hui sept aventures de Lulu et Eliot. Avec deux niveaux de difficulté et des «susucres» – sous forme de devinettes et de mini-enquêtes – destinés à «inciter l’enfant à comprendre ce qu’il lit». Et cerise sur le gâteau, il y a plein d’activités ludiques, en lien avec ces ouvrages, à télécharger gratuitement sur le site des Éditions Torti.

La démarche de cette enseignante plaît. «Mes livres ont du succès, plus que je ne l’imaginais. Notamment grâce aux réseaux sociaux, le bouche-à-oreille moderne qui a sans doute encore été amplifié avec le semiconfinement. » Lulu et Eliot n’ont pas fini de faire parler d’eux.

Infos: www.petitdetective.ch
Dédicaces: l’auteure sera présente à la 11e édition du Livre sur les quais, à Morges (du 4 au 6 sept.)

1 Profession

dominique-torti-4

«J’enseigne dans la région lausannoise depuis une vingtaine d’années. J’ai choisi les classes enfantines parce que j’ai une plus grande marge de liberté et de créativité qu’avec les plus grands qui doivent suivre un programme plus dirigé et figé. En plus, les petits enfants ont soif d’apprendre et sont toujours enthousiastes. Les voir grandir, évoluer, progresser de jour en jour, c’est vraiment très gratifiant. La rentrée reste tout de même un moment stressant dans la vie d’un enseignant. C’est un peu comme la boîte de chocolats de Forrest Gump, on ne sait jamais sur quoi on va tomber, on ne sait jamais de quelle classe, de quels élèves on va hériter!»

2 Création

dominique-torti-1

«J’ai toujours aimé dessiner. J’avais d’ailleurs de bonnes notes en dessin. À la fin de l’école obligatoire, j’avais même imaginé faire graphiste. Mais c’était la crise et le service de l’orientation professionnelle m’avait dissuadée de suivre cette voie. C’est rigolo parce que mon projet de livres fait un peu le pont entre ce rêve avorté et mon métier d’aujourd’hui que j’aime beaucoup. Et ça m’a permis de ressortir mes crayons, de reprendre une activité que j’avais mise en sourdine. Ça a été et ça reste une expérience très enrichissante.»

3 Autoédition

dominique-torti-2

«Mes cartons de livres sont stockés à la cave. J’ai dû m’improviser éditrice, alors que je n’avais aucune formation comptable ou marketing. J’apprends un nouveau métier sur le tas et c’est passionnant. Je me renseigne beaucoup, je discute, je réseaute… Vu le succès que rencontrent mes ouvrages – j’ai même reçu des demandes de l’étranger, de France et de Belgique –, je me pose un tas de questions: est-ce que je dois me développer? comment vais-je m’y prendre pour diffuser à plus large échelle?… Je n’avais pas anticipé ni préparé tout ça. Du coup, je pense réduire mon temps de travail d’enseignante (elle est actuellement à 50%, ndlr) afin de pouvoir me consacrer davantage à l’édition et à la préparation de nouveaux albums. En fait, je ne sais pas très bien où cette aventure va me mener…»

Plus d'articles