Navigation

Migros - M comme Meilleur.

La culture durable des céréales

Succès pour des céréales sans pesticides

Du pain fabriqué à partir de blé IP-Suisse, naturellement: Jowa, la boulangerie de Migros, s’engage pour des cultures céréalières sans pesticides. Avec succès.

Texte Claudia Schmidt
Photos Matthieu Spohn, Jorma Mueller
Weizenfeld_mit_arbeiter_2160x1215.jpg

Avec leurs cultures céréalières, les agriculteurs IP-Suisse favorisent la biodiversité dans et sur le sol.

Une étape-clé dans la production céréalière en Suisse:

Jowa, la boulangerie de Migros, a décidé de mettre sur pied un projet unique en son genre en collaboration avec l’Association suisse des paysannes et paysans pratiquant la production intégrée (IP-Suisse) et les agriculteurs participants. D’ici 2023, 85 000 tonnes de blé doivent être cultivées sans utiliser de pesticides. Jowa est le plus grand acheteur de céréales sur le marché suisse. 85 000 tonnes de céréales sont déjà produites en accord avec les directives d’IP-Suisse, soit 90% de la farine de blé utilisée.

Conformément aux directives d’IP-Suisse, Jowa utilise depuis des années des céréales panifiables cultivées sans fongicides, insecticides ni raccourcisseurs de tiges. La boulangerie de Migros fixe des objectifs élevés pour ellemême et ses producteurs en termes de durabilité: à l’avenir, les agriculteurs devront ainsi également se passer d’herbicides. Selon Jowa, la culture entièrement sans pesticides est l’un des plus grands changements dans l’agriculture suisse – au profit de la nature, des producteurs et des consommateurs. Cette mesure devrait en particulier renforcer la biodiversité dans le sol et à sa surface.

Jowa-Angestellter_2160x1215.jpg

À terme, seul du blé cultivé sans pesticides sera utilisé à Jowa, la boulangerie Migros.

Cultiver des céréales sans pesticides signifie non seulement se passer de fongicides, d’insecticides et de régulateurs de croissance, mais aussi d’herbicides. Le traitement des semences est aussi interdit. Plusieurs domaines de recherche ont été impliqués dès le début du projet. «Nous faisons la transition vers une culture céréalière sans pesticides grâce à une collaboration intensive», explique Christian Städeli, responsable de la recherche céréalière chez Jowa. En collaboration avec Migros, l’École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (HAFL) et IPSuisse, il a été possible de constater, grâce à de nombreuses années de travail préliminaire et d’essais pratiques, que la qualité et la fiabilité des livraisons sont garanties.

Weizenfeld_2160x1215.jpg

Dans la culture céréalière sans pesticides, tout fongicide, insecticide, herbicide et régulateur de croissance est banni. Cultiver le blé sans pesticides induit du travail supplémentaire pour les agriculteurs: les mauvaises herbes sont éradiquées à mains nues ou avec un outil manuel.

Dès 2017, Jowa s’est penchée avec l’EPFZ sur les conséquences de l’agriculture sans pesticides en recourant à un modèle agronomique. En 2018 a débuté une phase de trois ans consacrée aux essais pratiques, que Jowa a lancée en coopération avec IP-Suisse et la HAFL. Depuis 2019, une enquête réalisée auprès de plusieurs milliers d’agriculteurs, en coopération avec l’EPFZ dans le cadre d’un postdoc, met en lumière les conditions à réunir. L’objectif de la recherche est de développer le projet «Agriculture sans pesticides» à partir de données objectives. Cette approche passe par une analyse minutieuse afin de connaître les effets des mesures promouvant une culture du blé sans pesticides sur la prévention et la lutte contre les mauvaises herbes, l’utilisation d’engrais, les rendements et les marges contributives.

La sélection des céréales est aussi remise en question: «La culture sans pesticides a bien sûr une influence sur la sélection des céréales. Nous cherchons de plus en plus à choisir des variétés résistantes. Mais nous étudions aussi, par exemple, l’utilité des différentes associations des variétés de blé qui se soutiennent mutuellement en termes de croissance dans les cultures. C’est très prometteur», explique Christian Städeli. Chaque agriculteur doit également examiner quelles sont les rotations de cultures qui conviennent le mieux à sa terre. Les agriculteurs tentent de limiter les pertes de rendement dues à l’absence d’herbicides grâce à des pratiques durables.

Le projet est en bonne voie: au lieu des 8500 tonnes prévues, les agriculteurs d’IP-Suisse ont déjà livré 10 000 tonnes de blé sans pesticides en 2020. L’objectif est de 25 500 tonnes de blé d’ici 2021, de 51 000 tonnes d’ici 2022 et enfin de 85 000 d’ici 2023. Avec cette quantité, Migros apporte une contribution importante à la production alimentaire suisse durable.

Au service de la Nature

Fondée il y a près de trente ans, IP-Suisse, l’Association suisse des paysannes et paysans pratiquant la production intégrée, est de nos jours l’une des plus importantes organisations de production et de distribution agricoles de Suisse. Les quelque 18 500 agriculteurs d’IP-Suisse produisent dans leurs exploitations familiales des aliments destinés à la consommation quotidienne, dans le respect de l’environnement et des animaux.

IP-Suisse établit les lignes directrices pour la production de labels durables, développe et définit des programmes de mesures pour assurer le respect de ces lignes directrices dans les exploitations agricoles et les fait contrôler par des institutions indépendantes.

Migros s’associe à IP-Suisse pour promouvoir une culture du blé sans aucun pesticide.

85 000 tonnes de blé doivent être produites entièrement sans pesticides d’ici 2023.

En tant que principal acheteur de viande d’IP-Suisse, Migros s’engage également en faveur du bien-être animal. Le label Migros TerraSuisse garantit un élevage respectueux des animaux, leur donnant un accès régulier au plein air, ce qui réduit les blessures, les maladies et les comportements atypiques.

generation-m.ch/ bien-etre-animal

Du pain dans votre Migros

Plus d'articles