Navigation

Migros - M comme Meilleur.

La durabilité:

nous ne faisons pas qu’en parler, nous agissons. En savoir plus!

Do it + Garden Migros

Une ouverture très attendue

Ce lundi 27 avril, les jardineries et les magasins de bricolage ont pu rouvrir leurs portes. Pour la très grande joie des clients, comme le montre la forte affluence observée au Do it + Garden Migros MParc La Praille, à Genève, le plus grand de Suisse.

Texte Pierre Wuthrich
Photos Niels Ackermann
bild_0934.jpg

Pour les jardiniers et les bricoleurs, la date du 27 avril était aussi attendue que l’apparition des premiers bourgeons au printemps. Car ce lundi, après six longues semaines de fermeture, les Do it + Garden Migros et les magasins Obi ont enfin pu ouvrir à nouveau leurs portes.

Partout en Suisse, des clients avaient fait le déplacement en nombre, ravis de pouvoir vivre un début de retour à la normale. A Genève, le Do it + Garden Migros MParc La Praille n’a pas fait exception à la règle, et il y avait foule sur le parking tôt le matin déjà. A l’ouverture à 7h30, on comptait une centaine de personnes en file indienne devant l’entrée. A 11h, plus de cent cinquante personnes attendaient encore patiemment.

 

 

«Heureusement que nous avions décidé de poser la semaine dernière devant le magasin un marquage au sol pour que les gens gardent les distances et d’installer des barrières de sécurité pour contenir l’afflux», explique le gérant Denis Caddoux, 54 ans, avant de poursuivre: «Afin de respecter les consignes de l’OFSP, nous laissons entrer quarante personnes à la fois. Puis nous attendons que les gens se dispersent dans le magasin et faisons à nouveau entrer quarante clients, et ainsi de suite jusqu’à atteindre le nombre maximal de 350 personnes dans le Do it.»

bild_0226.jpg

Des clients attendent en file indienne sur le parking du Do it + Garden Migros MParc La Praille.

Amanda Grudinskas, 41 ans, est l’une des premières clientes de la matinée. «C'est génial de pouvoir être là. C'est ma deuxième sortie en six semaines. C'est une vraie libération.» Et d’expliquer qu’elle est venue pour pouvoir enfin aménager son balcon. «Il me faut du terreau, des fraises, de la menthe, du basilic. Et je veux aussi acheter des fleurs pour ma voisine. Elle a 80 ans et ne peut pas sortir de chez elle.»

amanda-grudinskas-jean-claude-borle-et-marie-therese-gaillard-borle.jpg

Parmi les premiers clients: Amanda Grudinskas (à gauche), Jean-Claude Borle et Marie-Thérèse Gaillard-Borle (à droite).

Malgré leur âge, Jean-Claude Borle et Marie-Thérèse Gaillard-Borle, ils ont tous les deux 70 ans, ont fait le déplacement et étaient sur place à 7h20 déjà. «Maintenant, on va directement aux plantes! On était si impatients. On veut des graines pour les semis. Du terreau, des petits pots pour les faire germer. Ça fait plaisir de revoir le magasin. C'était frustrant toutes ces fermetures.»

Tout aussi ravi, Denis Caddoux confirme la bonne marche des affaires: «Ce lundi matin ressemble fort à un très bon samedi.» Comme attendu, le secteur jardinerie est particulièrement prisé. «Les aromatiques, les tomates, les fraisiers partent comme des petits pains. Il en va de même du terreau, des arbustes et des désherbants.» Plus surprenant est l’afflux au secteur bricolage. «Les protections en plexiglas marchent énormément ce lundi, commente Denis Caddoux. Apparemment, les gens ont besoin d’installer ce genre de protection.»

Malgré ce très bon départ, le gérant s’attend à une année difficile. «Nous ne pourrons pas rattraper le retard au niveau du chiffre d’affaires. Avril est, avec mai et juin, l’un des trois mois les plus importants pour nous. Et il est perdu à jamais.»

denis-caddoux.jpg

Denis Caddoux, gérant du Do it + Garden Migros MParc La Praille.

Priorité à la sécurité

A l’intérieur du magasin – le plus grand de Suisse avec ses 8200 m2 –, l’ambiance est plutôt détendue. C’est que tout a été fait pour assurer la sécurité des clients et des collaborateurs. «Nous avons par exemple installé des vitres de protection aux caisses, qui sont nettoyées désormais toutes les heures, et nos employés portent tous un badge rappelant la distance de sécurité à respecter. Par ailleurs, du gel désinfectant est à disposition de tous.» A l’entrée, six personnes de l’équipe contrôlent les flux, informent les clients des consignes et invitent ces derniers à nettoyer leur caddie à l’aide de papier ménage et d’une lotion hydroalcoolique.

corentin-morger-julien-morel-jean.jpg

Corentin Morger (à gauche) et Julien Morel-Jean (à droite), horticulteurs.

Denis Caddoux et son équipe, qui compte 71 personnes à l’année et jusqu’à 76 au printemps, travaillent depuis une semaine pour que tout soit fin prêt en ce lundi. Il a fallu nettoyer le magasin, réapprovisionner les rayons et mettre en place les différentes protections. «Nous étions impatients de rouvrir le Do it. Les collègues étaient fiers d'avoir donné un coup de main ailleurs, mais sont fiers de revenir», commente Corentin Morger, horticulteur, tout en installant des plants de tomates, poivrons et d’aubergines sur des présentoirs. Et Denis Caddoux de préciser: «Durant la fermeture, mon équipe a effectué de nombreuses autres tâches, par exemple en préparant des commandes pour la société de livraison Smood dans le magasin de Cointrin, en déchargeant des camions dans les entrepôts ou en travaillant à la caisse d’autres magasins restés ouverts.»

Aujourd’hui, tous sont à nouveau réunis: «Le printemps est toujours très attendu par nous tous, explique Julien Morel-Jean, horticulteur. Les clients qui font les potagers, c’est une clientèle sympa. Ils ont souvent des milliards de questions, mais on aime notre travail, alors ça fait plaisir de leur répondre.»

Plus d'articles