Navigation

Migros - M comme Meilleur.

La durabilité:

nous ne faisons pas qu’en parler, nous agissons. En savoir plus!

Migros Hiking Sounds

A la reconquête du public

Stoppée en pleine ascension par la pandémie, la chanteuse vaudoise Maryne voit sa carrière reprendre du poil de la bête. Et c’est tant mieux.

Texte Pierre Wuthrich
Photos François Wavre/Lundi13
FW25950

Il est des dates que l’on préfère oublier. C’est le cas du 13 mars 2020. Ce vendredi-là, Maryne sortait son nouveau single Overdose chez Universal Suisse et, en même temps, le Conseil fédéral annonçait la fermeture des écoles et des musées. «C’était le pire moment que l’on puisse imaginer pour lancer un titre. On pensait tous à prendre des nouvelles de ses grands-parents, à trouver des solutions pour ses enfants et à aller faire des courses en urgence. Comment voulez-vous que je lutte face à ce qui ressemblait au début de la Troisième Guerre mondiale.» La frustration était d’autant plus grande que l’artiste voyait sa carrière connaître un fort coup d’accélérateur avec une belle série de concerts et devait s’envoler le surlendemain à Los Angeles pour tourner un clip.

Une embûche venant rarement seule: le semi-confinement ne s’est pas révélé une source d’inspiration pour la jeune auteure-compositrice. «Plus je vis, plus j’écris», résume en une formule la Vaudoise de 25 ans.

Maryne n’est toutefois pas du genre à se plaindre et à baisser les bras. «Comme je suis très active, j’en ai profité pour faire du sport», se souvient celle qui termina aussi plusieurs fois troisième au championnat suisse de wakeboard. Une bonne manière aussi de retrouver énergie et moral pour repartir à la conquête du public.

Son frère, son mentor

Pour ce faire, Marine Kaltenbacher, c’est son vrai nom, a aussi pu compter sur les conseils avisés de son frère, Bastien Baker. «C’est mon mentor. Il a réponses à toutes mes questions et nous aimons beaucoup travailler ensemble. Il nous arrive de composer à deux et il vient parfois faire les chœurs sur mes titres ou inversement.»

Maryne enchaîne alors les camps d’écriture. «Il s’agit de rencontres d’artistes venant de toute l’Europe. Chaque jour, on s’enferme par équipe de trois, soit un songwriter, un artiste et un producteur et on créé un titre. En tant que toplineuse, j’écris mélodies et paroles.» Afin de rester un pied dans l’industrie musicale, Maryne s’essaie encore à la radio et couvre des événements comme le Montreux Jazz Festival. «Cela me permet de rester dans mon univers, d’étoffer mon réseau et d’interviewer des gens que j’admire dont Ibrahim Maalouf».

C’est vite dit

Mon musicien préféré: «Actuellement j’écoute en boucle Giveon et Robert Francis, qui est exceptionnel.»

Mon héro dans la vie réelle: «Mon père qui a une intelligence émotionnelle incroyable et fait toujours passer les autres avant lui.»

Ma devise: «Go and get it ou si tu veux quelque chose, vas-y fonce.»

Mon pire défaut: «Vouloir placer trop de choses dans une journée.»

La qualité que je préfère chez quelqu’un: «L’humour.»

Le don qui me manque: «Danser. J’aimerais bien apprendre pour proposer un show encore plus vivant.»

Je me fâche quand: «J’entends quelqu’un qui mange la bouche ouverte.»

J’aurais aimé être: «Roger Federer, mais seulement à certains moments de sa carrière, par exemple quand il remporte les Jeux olympiques avec Stan.»

J’aimerais mourir: «En dormant ou dans la neige. Il paraît que c’est plus doux.»

J’aimerais me réincarner: «En océan, on peut? J’adore l’eau et me baigne même en hiver.»

Mon bonheur: «Pouvoir vivre de ma musique, partir en tournée et travailler avec les personnes que j’aime.»

Composant pour les autres – notamment les représentantes allemandes de l’Eurovision en 2019 – et pour elle, Maryne imagine une pop féminine fraîche et entraînante, qui séduit des fans toujours plus nombreux. «Pour le moment, je sors single après single, comme actuellement avec le titre Coachella. Ainsi je peux les expliquer au cas par cas. Et puis, à chaque fois, il y a davantage de monde qui me suit. C’est comme si je les faisais monter dans un train avant un grand départ: la sortie de mon premier EP en septembre.»

Maryne chante Coachella, son dernier single.

Si Maryne se montre patiente au niveau de l’album, elle l’est beaucoup moins quant à la scène. «Le live, c’est mon shot d’adrénaline. Une semaine après un concert, j’ai encore des étoiles dans les yeux. Je me sens hyper bien. C’est complètement irréel.» Ces sensations, la Vaudoise les retrouvera prochainement aux Pléiades, lors d’un mini-festival baptisé Migros Hiking Sounds. Un concert en altitude, tutoyant le ciel, quoi de mieux pour une star en devenir.

En savoir plus: www.marynemusic.com

170520_cx_119_cy_1644_cw_4877_ch_5115

Maryne aux Pléiades, là où elle donnera un concert dans le cadre des Migros Hiking Sounds.

A gagner

Concerts sur l’alpe

Les Migros Hiking sounds sont une série de mini-festivals se déroulant cet été à proximité de huit stations des Alpes et des Préalpes. Les festivaliers atteignent la scène uniquement après une randonnée (compter en moyenne 2,5 heure aller-retour selon le site). Les billets pour les concerts ne sont pas mis en vente mais disponibles seulement par tirage au sort. Programme et infos: migroshikingsounds.ch

 

Tirage au sort

Migros met en jeu 4 x 2 billets pour les concerts de Maryne et 77th Bombay Street (en formation duo) le 7 août aux Pléiades. Participation et conditions de participation: migros.ch/concours

Plus d'articles