Navigation

Migros - M comme Meilleur.

Musique Rencontre impériale

5kitarmstrong-c_jason-alden-12.jpg

Le jeune pianiste Kit Armstrong est aussi organiste, mathématicien, compositeur et organisateur d’événements culturels.

Lors du prochain concert Migros-Pour-cent-culturel-Classics, l’extraordinaire pianiste Kit Armstrong jouera le concerto «L’Empereur» de Beethoven.

Texte: Michelle Bulloch

Photo: Jason Alden

Avec son master en mathématiques pures obtenu à Paris, Kit Armstrong pourrait prétendre à une brillante carrière scientifique. Il n’en est rien pour le moment, car ce jeune pianiste anglo-taïwanais d’à peine 25 ans est aussi doué pour la musique que pour les chiffres. Disons même que c’est un génie du clavier, qui a fait ses classes dans les meilleures écoles (à Philadelphie et à Londres) et qui a flatté l’oreille d’Alfred Brendel alors qu’il était encore jeune adolescent.

Depuis, le célèbre pianiste autrichien est le mentor de Kit Armstrong qui n’en finit pas d’étonner la planète musicale! Lorsqu’il n’est pas en train de dompter les programmes de concert les plus exigeants, il compose ses propres œuvres ou se glisse derrière un clavier d’orgue pour un récital. Il organise aussi des événements culturels, dans l’église sécularisée qu’il a achetée à Hirson, dans le nord de la France.

Pour ses débuts à l’affiche des concerts Migros-Pour-cent-culturel-Classics, Kit Armstrong déploiera toute l’étendue de son talent dans le Cinquième Concerto pour piano et orchestre de Beethoven. «Un empereur parmi les concertos!» se serait écrié un officier français après la première audition viennoise de l’ouvrage en 1812.

Sous la direction de Mario Venzago, l’Orchestre Symphonique de Berne associera ce concerto à une autre œuvre de Beethoven, l’Ouverture «Leonore II». Le numéro est d’importance, car le maître de Bonn a composé quatre ouvertures pour son unique opéra Fidelio.

Message de paix

En première moitié du concert, l’orchestre bernois rendra un bel hommage à Arthur Honegger, compositeur d’ascendance suisse qui vouait une grande admiration à Beethoven. Dans sa Symphonie Nº 3 «Liturgique», composée au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Honegger a cherché à «symboliser la réaction de l’homme moderne contre la montée de la barbarie». Le musicien considérait cette œuvre comme «un drame qui se joue entre trois personnages, réels ou symboliques: le malheur, le bonheur et l’homme». Après un vent de révolte qui s’amplifie au fil de la symphonie, le désir de paix l’emporte enfin à travers un chant d’oiseau qui vocalise, «comme jadis la colombe sur l’immensité des eaux» a conclu Honegger.

Victoria Hall – lundi 26 février à 20 h. Organisation et billetterie: Service culturel Migros Genève. Billets aussi en vente à Stand Info Balexert, à Migros Nyon-La Combe et sur www.culturel-migros-geneve.ch.

Vous cherchez d'autres informations ?