Navigation

Migros - M comme Meilleur.

Théâtre Une histoire d’amour fou

Le Service culturel Migros Genève et les Spectacles Onésiens accueillent la comédie romantique de Nicolas Bedos «Promenade de santé», un bijou drôle et grave à la fois.

7CharlieDupontTaniaGarbarski.jpg

Salle communale d’Onex, jeudi 3 et vendredi 4 mars à 20 h.

Nicolas Bedos invite les spectateurs à une bien belle «promenade de santé», guidée par deux excellents comédiens, Tania Garbarski et Charlie Dupont.

Rencontre à l’hôpital psychiatrique

La comédie romantique commence sur le banc d’une clinique psychiatrique. Une jeune femme écoute de la musique, un homme surgit, s’énerve et lui écrase son transistor. Drôle de début pour une histoire d’amour… «C'est quoi votre étiquette à vous?», lui demande-t-elle. «Bipolaire - obsessionnel, addiction alcoolique, pervers narcissique tendance suicidaire.» Et elle? «Psychose paranoïaque, avec tendance schizophrénique maniaco-dépressive, dans le désordre», et on peut ajouter nymphomane à la liste. Ces deux êtres cabossés par la vie vont alors ébaucher un dialogue et une relation pour tenter de colmater les fissures.

Cette balade enchante, divertit, bouleverse parfois… avec une légèreté apparente qui maquille la gravité d’une situation. La pièce est sublimée par le jeu des deux comédiens venus de Belgique, mari et femme à la ville: Charlie Dupont, parfait séducteur cynique et obsessionnel, et Tania Garbarski, laquelle épate en jouant la fragilité de son personnage avec une intensité dramatique allant jusqu’aux larmes.

Bienvenue dans l’univers «bedossien»

Quant à Nicolas Bedos, il confirme son talent d’écrivain avec ce texte fort, drôle et touchant. L’auteur explique: «A travers cette pièce, je voulais traiter de ma génération, à la fois encore jeune et plus tout à fait. L'idée m'a paru séduisante de prendre deux «nymphos», de les mettre dans une histoire d'amour et de les obliger à s'interroger sur la qualité de leurs sentiments. C'est représentatif, je crois, de cette génération, d'avoir à gérer très vite un lourd passif».

On retrouve son sens de l’humour et les formules incisives qu’on lui connaît, un goût pour l’écriture remplie de bons mots qui lui vient certainement de sa famille. «"A la maison, la figure de l'écrivain était sacralisée. Je suis allé vers l'écriture pour chercher l'estime de mes parents. Mon père m'a certainement légué son goût pour une sorte de sensualité des mots, du tac-au-tac, tout ce qui claque».

Salle communale d’Onex, jeudi 3 et vendredi 4 mars à 20 h. Organisation: Service culturel Migros Genève et Spectacles Onésiens. Billets en vente à: Service culturel Migros Genève (Rue du Prince 7), Stand Info Balexert, Migros Nyon-La Combe et sur www.culturel-migros-geneve.ch.

Vous cherchez d'autres informations ?