Navigation

Migros - M comme Meilleur.

Alimentation Estivage dans les Alpes

36cochonsdanslesp-acirc-turages2.jpg

Les porcs d’alpage sont élevés selon les principes du développement durable. Leur viande présente une saveur et une tendreté très appréciées.

Texte: Rosane Paule

Il n’y a  pas que les vaches qui ont droit à leur période d’estivage, certains cochons aussi  passent du temps en altitude. Moins connus que les bovins, les porcs d’alpage permettent pourtant de valoriser de manière écologique la production de petit-lait qui résulte de la fabrication du fromage.

Valoriser le petit-lait

En effet, sur 1000 litres de lait transformés, la masse effective de fromage ne représente qu’une petite partie du volume, il reste ensuite environ 900 litres de petit-lait à valoriser. Autrefois, certains fromagers d’alpage qui n’avaient pas de possibilité de valoriser ce sous-produit sur place s’en débarrassaient illégalement en le déversant dans les ruisseaux ou en l’épandant sur les pâturages. Une aberration écologique car le petit-lait, riche en nutriments, pollue l’environnement en se décomposant.

Afin de valoriser ce sous-produit, certains agriculteurs ont donc décidé d’élever des porcs en parallèle de leurs troupeaux de vaches et de compléter leur alimentation à base d’orge et de céréales par du petit-lait.

Depuis le début des années 1990, l’entreprise Linus Silvestri a même développé un programme afin de valoriser la production de viande issue de ces porcs d’alpage. Les conditions à remplir sont strictes mais permettent aux agriculteurs de tirer un bénéfice intéressant de cet élevage de porcs.

Un produit de saison

Pour répondre aux exigences du programme, les porcelets doivent être issus d’exploitations reconnues IP-Suisse. Durant toute la durée de leur engraissement, ils doivent être détenus au minimum pendant soixante jours sur les alpages et avoir à disposition une aire de sortie naturelle, à raison de 40 m2 au minimum par animal.

De quoi laisser libre cours à leur vraie nature. Enfin, les producteurs ne doivent pas avoir plus de porcs d’alpage que de vaches dans leur exploitation.

Grâce au petit-lait riche en nutriments et à leur détention contrôlée en plein air, les porcs résistent mieux aux maladies.

Quant au consommateur, il appréciera tout particulièrement la saveur et la tendreté de la viande de porc nourri au petit-lait. Aujourd’hui d’ailleurs, la demande dépasse largement l’offre.

Si l’on souhaite goûter à cette spécialité des Alpes suisses, on recherchera le logo ci-contre au rayon boucherie de son magasin Migros. Côtelettes, filets ou autres émincés de porcs d’alpage y seront proposés du 6 au 25 septembre.

 

Légende photo:

Photo Shutterstock

Les porcs d’alpage bénéficient de sorties régulières en plein air.

+ logo Porc d’alpage

Vous cherchez d'autres informations ?