Navigation

Migros - M comme Meilleur.

Région Nouveauté régionale

42-CChenevardet-YGrolimund.jpg

Christophe Chenevard et Yves Grolimund, dans la halle aux poussins de Satigny.

42-PatricePerron.jpg

Patrice Perron, boucher à Migros Vibert, présente le nouveau poulet «De la région.»

20x Cumulus

Du mardi 18 au lundi 24 octobre, 20x les points Cumulus sur le poulet genevois.

Les locavores vont être contents!

Nourries de céréales produites dans le canton, les volailles élevées à Satigny chez Yves Grolimund et à Jussy chez Christophe Chenevard sont vendues à Migros Genève sous les labels «De la région.» et «Genève Région – Terre Avenir».

Texte: Isabelle Vidon
Photos: Christian Marchon

Dans la campagne genevoise, deux jeunes entrepreneurs se sont lancés tout récemment dans l’élevage de poulets semi-fermiers. Une manière de répondre à la demande grandissante des locavores et, du même coup, de valoriser les céréales produites en abondance dans le canton. A Genève en effet, 3600 hectares sont notamment consacrés à la culture de blé, d’orge, d’avoine et de seigle, qui sont ensuite transformés au Moulin de la Plaine.

Quant à la volaille, c’est une viande dont la demande va croissant. Une réalité prise en compte par Migros Genève, qui achète aux deux producteurs de Jussy et Satigny une belle part de leur production. Depuis le mois de septembre, on retrouve ainsi les poulets élevés avec soin par Christophe Chenevard et Yves Grolimund sur les étals des principaux supermarchés de Migros Genève.

Un projet novateur et exemplaire

Labellisée «De la région.» et «Genève Région – Terre Avenir», cette production respecte un cahier des charges très strict, tant en matière d’hygiène que de bien-être animal. Les volailles bénéficient ainsi d’un rythme naturel de sommeil. Dans chaque exploitation, entre 7000 et 8000 poussins grandissent. Ils passent leurs quinze premiers jours à l’abri dans une vaste halle éclairée par la lumière du jour, où ils peuvent courir à l’envi puis, une fois qu’ils ont acquis un certain poids et fait leurs anticorps, ont toute latitude de sortir dans leur jardin d’hiver ou sur le pré attenant.

Au terme de leur existence, les poulets sont abattus à Perly, dans les meilleures conditions possibles.

«Cette filière en circuit court répond à un triple défi: premièrement, créer des emplois avec des exploitations viables, gagnant en autonomie et intégrées à un tissu économique local; deuxièmement, préserver l’environnement, en réduisant les émissions de CO2 dues au transport et en pratiquant une culture extensive de céréales respectueuse du sol, sans insecticides ni fongicides; troisièmement, produire une viande saine, de qualité et issue d’élevages respectueux du bien-être animal», explique François Erard, directeur d’AgriGenève.

Vous cherchez d'autres informations ?