Navigation

Migros - M comme Meilleur.

Social «C’est important de partager davantage»

43locauxAFM.jpg

De gauche à droite: Vaia Tsipos, stagiaire, Isabelle Descombes, directrice de l’AFM, Agnès Moussa, secrétaire.

A Châtelaine, dans les nouveaux locaux de l’Association des familles monoparentales, Isabelle Descombes accueille parents, enfants et bénévoles.

Texte: Rosane Paule

Photo: Christian Marchon

 

Si l’on se retrouve seul/e à élever son ou ses enfants, on trouvera écoute et aide à l’Association des familles monoparentales (AFM). On pourra aussi obtenir appui juridique et coaching parental à domicile: l’AFM s’implique pour rendre moult services et offrir des rayons de soleil dans le quotidien familial.

Isabelle Descombes, dans quel contexte l’AFM intervient-elle?

Lorsqu’on se retrouve seul/e à élever son ou ses enfants, on est aussi seul/e à payer son loyer, ses assurances et tous les autres frais. A Genève, un unique et modeste salaire ne suffit souvent pas. Après une naissance ou une séparation, il s’écoule parfois un certain temps avant qu’une personne ait le temps d’effectuer toutes les démarches pour rééquilibrer son budget. On se retrouve alors sans argent pour acheter des couches pour bébé ou se nourrir correctement.

 

Que proposez-vous dans ce cas?

Nous donnons des produits de première nécessité, des bons pour les Colis du cœur et participons, selon les cas, aux frais concernant les enfants (lunettes, dentiste, etc).

En quoi consiste le soutien juridique de l’AFM?

Nous collaborons avec un expert en droit de la famille, qui reçoit dans nos locaux à un tarif avantageux et qui conseille et accompagne les parents. Il peut aider à établir une convention, dans le cas d’un divorce, par exemple.

 

Et le coaching parental?

Nous travaillons avec une thérapeute en psychologie systémique. Elle se rend sur demande au domicile des parents pour dénouer en douceur les situations tendues.

Pour bénéficier de l’AFM, quels critères faut-il remplir?

Elever seul/e un ou plusieurs enfants de moins de 18 ans et habiter sur le canton.

 

En matière d’aide sociale, que proposez-vous?

Nous offrons des billets pour des sorties culturelles ou sportives, organisons des cafés parents, des fêtes de Noël et de Pâques. Nous participons au financement des camps de vacances pour enfants et ados. Et rêvons de faire se rencontrer les générations. Des retraités du quartier m’ont déjà proposé d’animer des ateliers pour confectionner des gâteaux en famille. Bientôt, nous partagerons des repas préparés sur place afin de tisser des liens et de parler de l’alimentation des enfants. C’est important de partager davantage. L’AFM travaille en  réseau avec trente associations caritatives.

 

Qu’est-ce qui vous anime?

La solidarité. Ma grand-mère était fille-mère et j’ai moi-même été soutien de famille.

Informations et dons sur www.afm-geneve.ch. AFM – 21, avenue Henri Golay, 1219 Châtelaine. Tél. 022 344 11 11 ou 079 578 62 97. L’AFM recherche des Lego, des Playmobil et des livres pour enfants. Elle a aussi besoin de bénévoles pour trier les dons reçus, partager un café avec les parents en visite ou donner des cours d’informatique. Migros Genève soutient l’AFM.

Vous cherchez d'autres informations ?