Navigation

Migros - M comme Meilleur.

La durabilité:

nous ne faisons pas qu’en parler, nous agissons. En savoir plus!

Logo De la région.

Des produits locaux certifiés

La mention Migros «De la région.» certifie que les produits sont bien d’origine locale

Elle s’obtient par une procédure que détaille Christian Beuret, directeur adjoint de l’Organisme intercantonal de certification.

Acheter un produit «De la région.» est une bonne manière de soutenir l’agriculture de proximité. Et la mention donne une parfaite garantie: elle s’obtient au terme d’une procédure de certification très pointue. Depuis 2006, c’est l’Organisme intercantonal de certification (OIC) qui s’en charge, à la demande de la coopérative Migros Neuchâtel-Fribourg, plus particulièrement son directeur adjoint Christian Beuret.

Détails du processus avec M. Christian Beuret

Quels sont les critères qui permettent de certifier qu’un produit est «De la région.»?

"Il y en a plusieurs, mais trois sont plus importants"

Il y en a plusieurs, mais les trois plus importants sont la provenance locale de l’ingrédient principal ; l’obligation d’avoir au moins 80% d’ingrédients locaux sur le total ; et la nécessité qu’au minimum deux tiers de la valeur ajoutée soit générée dans la région. Par exemple, un bricelet «De la région.» pour Migros Neuchâtel-Fribourg doit être fait avec du blé qui a poussé dans la région, a été livré à un centre collecteur puis moulu dans un moulin de la région. Le sucre est suisse, puisqu’il n’y en a pas de local, mais le vin blanc provient du Vully puisqu’il y en a, et pas de La Côte ou de Lavaux. La fabrication doit aussi se faire dans la région.

Comment faites-vous pour vérifier tout cela?

"Nous nous rendons chez les producteurs et nous vérifions"

Nous nous rendons chez les producteurs et nous vérifions, dans leur système de gestion, bulletins de commandes et stocks, que tout est conforme aux exigences du label. Ce contrôle se fait par échantillonnages, car nous ne pouvons pas vérifier tout ce qui a été fait pendant une année en deux ou trois heures. Ce sont donc des contrôles aléatoires. Nous vérifions aussi les équipements, afin d’être sûrs que l’entreprise est bien capable de faire des produits de la région.

Qui fait l’audit et combien de temps cela prend-il?

"Les contrôles et certifications se font toujours à quatre yeux"

Les contrôles et certifications se font toujours à quatre yeux, pour éviter tout problème de partialité – que le producteur soit sympathique ou pas ne change rien! Cela signifie que nous envoyons un auditeur qui n’a pas de lien avec le producteur. Il rend un rapport que le certificateur de l’OIC vérifie. Cette procédure prend en général un à trois mois ; un mois lorsque c’est très rapide, deux si tout est normal et trois s’il y a un problème tel que des mesures correctives à mettre en œuvre. Puis nous délivrons au producteur un certificat valable en général un an, deux ans lorsque la probabilité qu’il y ait utilisation de produits non-locaux est particulièrement faible, ce qui est typiquement le cas pour les fromages.

Qui commande ces audits et combien en faites-vous?

"C’est toujours la coopérative en question qui demande la certification."

C’est toujours la coopérative en question qui demande la certification. Pour Migros Neuchâtel-Fribourg, l’OIC réalise entre 50 et 60 audits par année, pour environ 75 producteurs «De la région.». Il y en a parfois qui arrêtent, il y en a parfois de nouveaux, ou alors ils ont développé une nouvelle recette. Dans ce cas, nous commençons par vérifier la recette, puis nous réalisons le contrôle et dans 95% des cas, tout est en ordre. Lorsque le produit à certifier est fabriqué dans une région commune à deux coopératives, par exemple Migros Neuchâtel-Fribourg et Migros Vaud, nous procédons à un seul contrôle pour deux certifications.

Certification_label-DLR_PWH_-18-.jpg

Vérification par l’auditeur des recettes et de la traçabilité des produits «De la région», chez le fournisseur Gugger Gourmet SA à Nant (FR).

Organisme fondé par les cantons

Installé à Lausanne, l’Organisme intercantonal de certification (OIC) a été fondé en 1998 par les six cantons romands, Berne et le Tessin. «C’était le début des AOC, les appellations d’origine contrôlée, devenues depuis AOP pour appellations d’origine protégée. Pour soutenir les marques régionales, les cantons ont voulu mettre à disposition un système de certification de qualité qui ne soit pas trop cher», explique Christian Beuret. L’OIC certifie donc essentiellement des produits d’origine agricole. Sa dizaine de collaborateurs provient d’ailleurs de la filière agroalimentaire et chacun a plusieurs années d’expérience de terrain, un bagage essentiel pour le métier de certificateur.

Certification_label-DLR_PWH_-6-.jpg

Vérification de la traçabilité des oignons jaunes «De la région.» via les étiquettes sur les Palox, chez le producteur Gugger-Guillod SA, à Sugiez (FR).

Contacts humains et rigueur

Christian Beuret, 54 ans, est le principal certificateur des produits «De la région.» pour Migros Neuchâtel-Fribourg. Un statut qui tient à son parcours professionnel : après une formation de laborantin en biologie, ce Jurassien a passé un diplôme d’ingénieur en technologie alimentaire, puis s’est perfectionné dans le management de la qualité. Il a notamment travaillé chez Jowa et Mifroma, deux industries Migros, ce qui lui donne une bonne connaissance de l’entreprise. La diversité de ses expériences et connaissances en font la personne appropriée pour gérer les marques régionales, alors que les maîtres fromagers s’occupent des fromages AOP et les spécialistes en viande se chargent des produit carnés IGP (indications géographiques protégées). «C’est un travail passionnant, on voit plein de choses différentes, de manières de faire différentes et on rencontre une multitude de gens. Il faut aimer les contacts humains. Mais il faut aussi être très rigoureux», une qualité essentielle dans les procédures de certification.

Certification_label-DLR_PWH_-16-.jpg

Vérification des étiquettes «De la région.» lors du conditionnement des oignons.