Navigation

Migros - M comme Meilleur.

La Fondation Rey-Willer

« Aller plus loin dans les études pour avoir un meilleur avenir professionnel »

Créée par Migros Vaud, la Fondation Rey-Willer donne un appui financier aux jeunes en formation. Trois de ses boursiers actuels, Camille Lecomte, Teddy April Ceuppens et Stefan Milenkovic en témoignent.

Depuis sa création il y a 58 ans – le 19 juillet 1960 - par la coopérative Migros Vaud et son Pour-cent culturel, la Fondation Rey-Willer a octroyé des bourses pour près de 1,4 millions de francs à des jeunes en formation. Cela représente 170 boursiers, dont Camille Lecomte, Teddy April Ceuppens et Stefan Milenkovic, qui en bénéficient actuellement. Menant chacun leur projet tambour battant, tous trois ont pris le temps de s’exprimer sur cette aide capitale et de remercier leur parrain/marraine. Ces derniers ont pour mission d’accompagner leur pupille tout au long de leur parcours.

Fondation-Rey-Willer_Camille-Lecomte-3.jpg

Accomplissant son parcours à Londres, Camille Lecomte entretient à distance le lien avec sa « marraine ».

 

Comment avez-vous connu la Fondation Rey-Willer ?

Camille Lecomte : Depuis toujours, notre famille connaît les magasins Migros. On reçoit à la maison le Migros Magazine, à travers lequel nous avons découvert la Fondation Rey-Willer. J’ai donc eu l’idée de faire la démarche auprès de la fondation en espérant très fort que ma candidature soit acceptée.

 

Teddy April Ceuppens : J’en ai eu connaissance par le biais d’un ami qui en a aussi bénéficié. Il m’a recommandé la Fondation Rey-Willer car j’avais besoin d’une institution où prévaut le côté humain.

 

Stefan Milenkovic : J’ai connu la fondation par internet lors de mes recherches de bourses. J’ai directement pris contact.

 

Quel projet menez-vous avec cette bourse ?

CL : Après avoir obtenu mon CFC commercial, j’ai travaillé une année en entreprise et c’est à ce moment-là que j’ai réalisé que je voulais aller plus loin dans mes études pour avoir un meilleur avenir professionnel. J’accomplis donc ma première année à l’Université de la Westminster Business School à Londres. Mon rêve d’étudier dans l’une des plus prestigieuses écoles s’est réalisé !

 

TC : Je suis actuellement en dernière année de bachelor à l’Ecole Hôtelière de Lausanne.

 

SM : Aujourd’hui, je mène des études en animation 2D/3D à l’Ecole Ceruleum à Lausanne.

 

Fondation-RW_Teddy-April-16-9.jpg

Teddy April Ceuppens apprécie le côté particulièrement humain de l’institution.

 

 

Au-delà de l’aspect financier, quel soutien cela vous apporte dans votre quotidien ?

CL : Pour un étudiant comme moi, cela me permet de profiter au mieux de tout ce que propose cette fascinante capitale et qui conduit à des échanges culturels bénéfiques pour mes études. Londres est l’une des places mondiales pour la finance. C’est cette particularité qui a pesé dans le choix de ma destination. Grâce à cette plaque tournante, j’aurai la possibilité de parfaire mon projet dans les meilleures conditions et d’être plus proche du marché international.

 

TC : Dans mon quotidien actuel, cela m’amène une tranquillité d’esprit qui me permet de me concentrer sur mes cours. Mais aussi sur des projets extrascolaires qui m’apportent une grande valeur ajoutée en terme d’expérience.

 

SM : Avant d’obtenir cette bourse j’avais trois emplois. Cela me prenait énormément de temps et compliquait le bon déroulement de mes études. Depuis cet octroi, je m’investis un maximum dans mes cours. Je peux affirmer que sans ce soutien je n’aurais pas pu continuer et mener à terme mon projet.

 

Que représente à vos yeux le fait d’accomplir une formation ?

CL : C’est une belle possibilité pour moi d’acquérir encore plus de connaissances. Je suis fier aussi de pouvoir l’accomplir dans une autre langue que ma langue maternelle. Cela amène une plus grande ouverture sur le monde. Je me réjouis de mettre mes compétences en pratique.

 

TC : Il s’agit d’un investissement pour mon futur. C’est une opportunité de me spécialiser dans un domaine qui me passionne pour pouvoir, par la suite, en faire mon métier et contribuer au développement de la branche.

 

SM : Pour moi, mener ces études est un moyen d’atteindre mes objectifs, d’avoir de nouvelles oportunités et d’exercer le métier de mes rêves.

Fondation-RW_Stefan-Milenkovic-1.JPG

Grâce à sa bourse, Stefan Milenkovic poursuit son rêve de faire carrière dans l’animation 2D/3D.

 

Que souhaitez-vous dire à votre parrain/marraine de la Fondation ?

CL : En tout premier lieu, j’aimerais remercier infiniment ma marraine d’avoir cru en moi, d’être là et de m’apporter son soutien. Cela me fait plaisir de la tenir informée de mes résultats et de mon parcours dont j’en suis fier. C’est important qu’elle aie confiance en ce que j’entreprends.

 

TC : Avant de bénéficier de cette bourse, j’ai dû m’autofinancer un semestre en cumulant plusieurs emplois à côté de mes cours. Bien qu’avec du recul je sois fière de ce que j’ai accompli, cette période a été très difficile moralement et physiquement ; je ne pense pas qu’il m’aurait été possible de terminer mes études dans ces conditions. Je remercie donc mon parrain du fond du cœur de me permettre de me concentrer sur mon bachelor et de pouvoir mettre mon énergie dans des projets qui m’épanouissent pleinement.

 

SM : Je tiens réellement à remercier ma marraine pour sa disponibilité, son soutien et sa gentillesse lors nos différents échanges.

 

Texte : Aurélie Murris

Plus d’informations sur la fondation sur le site : www.fondationreywiller.ch

Photos : Ldd

iStock_000043177946_Large.jpg

Fondation Rey-Willer

Faites votre demande de bourse