Navigation

Migros - M comme Meilleur.

Les nouveaux horaires

« L’humain est au centre de nos préoccupations »

Migros Vaud s’adapte à sa clientèle et introduit ses nouveaux horaires d’ouverture dans six points de vente. Marc Schaefer, directeur de Migros Vaud, et Françoise Buret, présidente de la Commission du personnel, s’expriment sur ces mesures en vigueur des aujourd’hui.

La coopérative Migros Vaud, en partenariat avec la Commission du Personnel, va de l’avant et s’adapte à sa clientèle. Elle introduit, dès ce lundi 20 novembre, de nouveaux horaires dans ses magasins de Bussigny, Croset, Epalinges, Oron, Pully et Crissier.

S’agissant de ce dernier, le président de l’Association des commerçants du Centre commercial Crissier, Charles Beyer, s’est réjoui de la mesure: « Nous sommes très heureux de l’élargissement des horaires qui s’adaptent aux besoins du consommateur d’aujourd’hui. Les commerçants de Crissier saluent cette décision à laquelle ils adhérent tous. »

Une mesure que Marc Schaefer, directeur de Migros Vaud, et Françoise Buret, présidente de la Commission du personnel et collaboratrice au MMM Yverdon, expliquent de concert.

IMG_9148.JPG

Marc Schaefer, directeur de Migros Vaud, et Françoise Buret, présidente de la Commission du personnel, évoluent dans un partenariat constructif depuis toujours.

En quoi ces horaires allongés sont-ils une nécessité ?

Marc Schaefer : Ils répondent à des changements dans les habitudes de consommation. Les clients viennent faire leurs courses de plus en plus tard. En notre qualité de commerçants, nous nous devons d’être actifs face une concurrence accrue des stations-service, du e-commerce et du tourisme d'achat.

 

Concrètement, comment s’organisent ces plages horaires ?

MS : Un gros travail d'optimisation des plannings a été effectué en amont en concertation avec le personnel. Le but n'est pas d'allonger les pauses de midi pour compenser les soirées. Du reste, les horaires du soir peuvent aussi arranger certains employés. Sans oublier les étudiants, pour qui ces plages sont intéressantes.

Françoise Buret : Nous veillons à garantir un tournus, notamment pour les fermetures. La consultation formelle que notre Commission du personnel a menée a permis aux collaborateurs de s'exprimer sur leurs préférences, de façon anonyme s’ils le souhaitaient, et ainsi de défendre leurs intérêts. Il est ressorti que près de la moitié ne voit pas d’inconvénient à ces nouveaux horaires et deux tiers se disent prêts à fermer deux fois par semaine.

 

Comment l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée sera-t-il préservé pour tous ?

MS : Pour moi, l'importance accordée à la vie privée sera toujours de 51% contre 49% pour la vie professionnelle. L'humain est au centre de nos préoccupations et fait partie de notre ADN. Nous avons donc pris l’engagement d’être vigilants sur l’équité dans les plans de travail, d’informer le personnel des résultats de ces mesures à fin 2018 et, en cas de besoin, d’engager du personnel auxiliaire pour les fermetures. Dans tous les cas, et comme nous l’avons toujours fait, nous continuerons de prendre les décisions en partenariat avec la Commission du personnel.

 

Que revêt à vos yeux cette notion de partenariat ?

FB : A mon sens, derrière la notion de partenariat, il y a avant tout le dialogue. Entre la Direction de Migros Vaud et notre Commission du personnel (ndlr : les membres de la commission sont élus par les employés), il existe à tous les niveaux et nos attentes sont prises en compte. Le résultat de ce partenariat social de longue date s’est concrétisé par des avancées sociales majeures.

 

MS : Pour preuve de l’importance de ce partenariat constructif que nous entretenons depuis des années, citons quelques acquis sociaux de tout premier plan : 41 heures hebdomadaires de travail, 5 à 7 semaines de vacances, congé maternité de 18 semaines payées à 100% ou encore le congé paternité de 3 semaines. Nous sommes considérés comme le meilleur employeur de sa catégorie en Suisse Romande (Magazine Bilan – avril 2017) et notre CCNT est reconnue comme la meilleure, en Suisse, pour le commerce de détail.

Texte et photos : Aurélie Murris

IMG_9150.JPG

Témoignage de Vera Dos Santos, remplisseuse du lundi soir et aide du samedi (MMM Crissier)

 

Etes-vous favorable à ces nouveaux horaires, si oui, pourquoi ?

Oui, cela fait une année que je travaille le lundi soir et, pour ma part, ce n’est pas de finir une demie heure plus tard qui va changer grand chose.
De toute façon, il y a toujours des clients qui restaient encore après 19 h 30.

 

Comment vous êtes-vous organisée par rapport à votre vie privée ?

Comme je quitte la maison à 16 h 30, c’est mon mari qui prend le relais avec les enfants. Cette organisation me permet de m’occuper d’eux tout le reste de la journée.

 

Seriez-vous prête à travailler un deuxième soir dans la semaine ?

Oui, je serai tout à fait partante !