Navigation

Migros - M comme Meilleur.

«Les femmes doivent jouer des coudes»

Au volant de son camion remorque depuis bientôt cinq ans, Nicole Laterali roule à travers tout le canton pour Migros Vaud. Elle est fière de conjuguer ce métier au féminin.

Nicole-Laterali-2.png

Nicole Laterali, parlez-nous de votre parcours à Migros Vaud?

En 2020, je fêterai mes trente ans à Migros Vaud, dont 25 années en magasin. J’ai effectué mon apprentissage au sein de la coopérative jusqu’à devenir spécialiste produits épicerie au MM Croset. Puis il y a cinq ans, j’ai ressenti le besoin de changer d’orientation et j’ai donc décidé de passer mon permis pour les véhicules poids lourds.

 

D’où vous est venu cet intérêt pour la profession de chauffeure poids lourds?

Ce domaine m’a toujours attirée. Quand j’étais petite, je jouais aux poupées, mais j’étais aussi très heureuse de jouer avec mon garage et mes voitures. Lorsque j’ai passé mon permis de voiture, j’ai appris à conduire avec un gros 4x4 et, déjà à 18 ans, cela m’a beaucoup plu d’être en hauteur et d’avoir une vue dominante sur le trafic.

 

Qu’est-ce que cela a de particulier d’exercer une activité entourée d’hommes?

Actuellement je suis la seule chauffeure poids lourds à Migros Vaud sur une soixantaine d’hommes; cela me change par rapport au travail en magasin où les femmes y sont bien plus nombreuses. Au début de ma formation, certains pensaient que je n’y arriverais pas, car c’est un métier exigeant, qui ne s’apprend pas du jour au lendemain. Outre la théorie et la pratique inhérentes au permis, il y a les visites médicales, les horaires de nuit, la manutention de la marchandise et des emballages vides. J’ai dû faire mes preuves, mais aujourd’hui je suis heureuse d’être capable d’exercer mon métier au même titre que mes collègues masculins.

 

Quels conseils donneriez-vous à une femme souhaitant débuter dans le métier?

Je conseillerais d’abord d’être motivée et de s’accrocher. Affirmer son caractère et ne pas hésiter à jouer des coudes si nécessaire, notamment face aux qu’en-dira-t-on. Une bonne condition physique est également nécessaire pour assurer les charges quotidiennes.

 

Après presque trente ans passés auprès de la coopérative, qu’est-ce qui vous plaît?

Je suis un «bébé Migros» comme on dit. J’avais à peine 15 ans quand mon aventure auprès de la coopérative a débuté. J’y ai passé bien plus de temps que sur les bancs de l’école. Migros fait partie de ma vie et je me sens à l’aise au sein de l’entreprise. Dans mon métier, j’apprécie particulièrement l’indépendance que m’offre le camion. Depuis ma cabine, les journées passent vite et aucune ne ressemble à la précédente, car, au fil des jours, les saisons défilent, les paysages changent. De pouvoir admirer ce que la nature nous offre en fait l’un des plus beaux métiers. Je ne changerais pour rien au monde!