Navigation

Migros - M comme Meilleur.

Un espace de rencontres

Faire ses courses, se restaurer, occuper son temps libre: Migros est un lieu où se côtoient des personnes extrêmement différentes. «Migros Magazine» a partagé un moment avec certaines d’entre elles. Les douze rencontres présentées ci-après mettent en lumière ce qui les unit et ce que l’enseigne a entrepris en coulisse tout au long de ces années pour ses clients.

Texte: Migros Magazine

Un moment au restaurant Chickeria

Legende (de)

Photo: Dan Cermak

Nous nous racontons les anecdotes drôles et cocasses survenues au bureau et nous nous soutenons en période de stress.

Leah (18 ans)

Comment procède-t-on quand une pierre tombe sur le pare-brise d’une voiture? Sheryl (16 ans), Blerina (16 ans), Linda (16 ans), Angelo (16 ans) et Leah (18 ans) discutent de la façon dont le sinistre devrait être couvert. En première année d’apprentissage à la Zurich Assurance, ils passent cet après-midi un examen qui porte sur le programme de l’ensemble du semestre. Ils le reconnaissent, ils auraient dû commencer à réviser il y a deux mois. Bêtement, la plupart d’entre eux ont laissé le temps passer. Cela ne suffit toutefois pas à gâcher la bonne humeur de la petite troupe ni à lui couper l’appétit. Les adolescents travaillent à Kreuzlingen TG, Laufon BL, Lucerne et Zurich et sont toujours heureux de se retrouver entre apprentis. Ils aiment partager un repas au restaurant Chickeria de Zurich-Oerlikon, car les plats sont bons et abordables.

Chiffres

  • Les kebabs de poulet sont les plus populaires dans les 15 succursales Chickeria: plus de 750 000 sont consommés chaque année. Le poulet provient exclusivement de Suisse.
  • Les Chickerias produisent chaque année 300 tonnes de frites.
  • Plus de 120 000 salades sont consommées chaque année dans les Chickeria.

La «bande des dix» du resto de Bulle (FR)

m-restaurant.jpg

Photo: Mathieu Rod

Plutôt que de me morfondre chez moi, je viens ici pour profiter d’un vrai moment de partage et de convivialité.

Geneviève, la doyenne

Quatre matins par semaine – un peu moins pour certains –, ils sont dix, âgés de 53 à 83 ans, à retrouver «leur» table au restaurant Migros de Bulle, et ce, depuis des années. Geneviève, la doyenne qui a réuni peu à peu tout le groupe, Lydia, Michèle, Eliane, Edith, Marie-Claude et son mari Joaquim, Evelyne, Marie-Rose et son mari Roger ne manqueraient pour rien au monde cette heure de bavardages. Mais laissons-leur la parole: «On fait aussi souvent des choses ensemble durant la semaine. Et ils m’ont tous beaucoup accompagnée quand j’étais malade.» «Je me souviens, c’était le 9 juillet et je t’ai apporté de la soupe.» «Ben, vous avez pas tant Alzheimer que ça, dites donc!» «Marie-Claude et Joaquim, ce sont les jeunes de l’équipe. Je les appelle aussi ‹les deux chéris›, parce qu’ils sont toujours là quand j’ai besoin d’aide.» «On est deux à être veuves, ces matinées nous font du bien. Et puis, Monsieur Xenarios, le gérant, est si gentil!» «Plutôt que de me morfondre chez moi, je viens ici pour profiter d’un vrai moment de partage et de convivialité.» «On rit beaucoup et, parfois, on est un peu bruyants. Alors certains clients vont se mettre un peu plus loin!»

Chiffres

  • 610 012 cafés (y compris expressos, ristrettos, cappuccinos, renversés, etc.) ont été vendus en 2018 dans les restaurants Migros de la région Neuchâtel-Fribourg.
  • 146 287 croissants sont partis comme des petits pains en 2018 dans les restaurants Migros de la région Neuchâtel-Fribourg.

Une confiance aveugle

chantal-und-michael.jpg

Photo: Christian Schnur

Je courrais avec Chantal même si elle voyait. C’est une super partenaire.

Micha Güdel (29)

Les témoignages de Chantal Cavin, marathonienne non voyante, et Micha Güdel, coureur et guide.

Âgée de 41 ans, Chantal Cavin, de Berne, a perdu la vue l’année de ses 15 ans. Cela n’empêche pas cette commerciale de participer à des courses partout en Suisse, comme celle de Chiètres (FR). Mais uniquement parce qu’elle peut compter sur un partenaire qui la guide avec circonspection.

«Lorsque je fais confiance à mon guide, comme c’est le cas avec Micha, je cours sans me poser de questions, reliée à lui par une bande de tissu. Bien sûr, il y a certains détails que nous devons régler avant de commencer. Par exemple, nous convenons qu’il criera «branches!» pour me prévenir de faire attention à mes jambes et non pour me signaler un obstacle au-dessus de ma tête.

Il y a parfois des situations cocasses. Une fois, alors que je participais à la course de la Saint-Sylvestre de Zurich, mon guide et moi nous étions placés loin vers l’avant pour le départ. Mais une autre participante estimait qu’il valait mieux pour notre tandem que nous démarrions derrière le gros du peloton, afin d’éviter d’être renversés. Je n’ai pas pu m’empêcher de pouffer, car je savais que nous étions parmi les plus rapides. Nous avons bien vite laissé la plupart des coureurs derrière nous. Évidemment, je ne concurrence pas les professionnels, mais mon meilleur temps lors d’un marathon est de 3 heures, 14 minutes et 11 secondes. 

En ce moment, je cours près de 150 km par semaine, auxquels s’ajoutent deux courses à vélo en tandem. C’est ce qui explique pourquoi j’ai quatorze guides différents. Mais seuls quatre d’entre eux m’accompagnent lors des compétitions. Pour que tout se passe bien, il faut bien sûr que la confiance soit absolue. Mon autre critère pour me laisser guider est que la personne aime courir. Je ne veux pas de quelqu’un qui ne ferait ça que pour moi. Et il faut également que nous ayons un niveau équivalent. À vrai dire, n’importe quel coureur ou presque peut accompagner un non-voyant. Mais malheureusement, la plupart d’entre eux n’osent pas – jusqu’à ce qu’ils se lancent.»
 
Micha Güdel, 29 ans, étudiant en médecine à Berne, triathlète et guide de Chantal Cavin lors de la course de Chiètres:

«J’irais courir avec Chantal même si elle voyait. C’est une super partenaire. Cela fait des années que le sport nous lie. Et comme je m’entraîne de toute façon régulièrement, c’est pour moi logique de courir avec elle. Le fait que nous soyons reliés par une lanière est anecdotique. Nous avons plaisir à être ensemble. Lors des entraînements, nous parlons bien plus de choses personnelles que du parcours. C’est évidemment différent pendant les compétitions, où il faut économiser son souffle.

Pour moi, cela devient dur à partir de 20 kilomètres: je commence à me fatiguer, alors que Chantal a encore de l’énergie. Je suis plus à l’aise sur les distances plus courtes et là, c’est elle qui doit fournir de plus grands efforts pour pouvoir me suivre. Nous sommes donc parfaitement complémentaires, avec un effet d’entraînement mutuel.

Après avoir tant couru ensemble, Chantal et moi nous connaissons par cœur. Elle sent immédiatement lorsque je manque d’assurance – parfois même avant moi.  Elle est également de caractère facile. Lors d’une de nos premières courses, nous avons glissé dès le départ sur une plaque de verglas. Elle a conservé un calme olympien. Elle s’est simplement relevée avant de poursuivre sa route.» 

Guide ou coureur non voyant, pour trouver un partenaire de tandem, prenez contact avec Plusport, une organisation spécialisée du sport-handicap: www.plusport.ch/fr

Chiffres

  • La course de Chiètres est sponsorisée par Migros, comme plus de 40 autres courses populaires en Suisse.
  • L’enseigne soutient chaque année plus de 100 manifestations dans le pays et fédère ainsi jusqu’à trois millions de personnes. Ce parrainage se concentre sur les fêtes de lutte, les courses populaires, les festivals et les événements destinés aux familles et aux enfants.
  • Parmi les projets sponsorisés, on compte quelques manifestations d’envergure, comme la fête fédérale de la lutte organisée cet été à Zoug, qui devrait accueillir 300 000 visiteurs.
  • Parmi les projets de moindre taille, citons les journées d’initiation à la lutte. Elles totalisent une centaine d’événements dans toute la Suisse et attirent près de 1500 enfants chaque année.

Repas soignés et convivialité

kebab.jpg

Photo: Mathieu Rod

Une amitié s’est créée, et depuis, on se côtoie régulièrement.

Vincent Adamo

Cuisiner, manger, rencontrer, se détendre, bouger: tels sont les cinq activités sur lesquelles se concentrent les projets soutenus par Kebab+, le programme de promotion de la santé du Pour-cent culturel Migros. Parmi eux, le camp des familles organisé par une association de Marly (FR), qui se déroule à Évolène (VS) et qui fait la part belle à la convivialité. «Parents et enfants, tout le monde y trouve son compte», s’enthousiasme Vincent Adamo. C’est dans ce cadre que lui et son épouse Valérie ont fait la connaissance de Sandra et Stéphane Curty, lors d’une précédente édition. «Une amitié s’est créée, et depuis, on se côtoie régulièrement.» Ce qu’ils apprécient également, au-delà des sorties à ski, des animations proposées aux plus jeunes et des parties de cartes entre adultes? «Les repas sont particulièrement soignés et équilibrés. Les produits sont frais et tout est fait à la main.»

Chiffres

  • En 2018, 96 projets ont été soutenus par Kebab+.
  • Kebab+ a fait bouger plus de 30 000 enfants et adolescents depuis son lancement en 2008.

Un entraînement sur mesure

fitnesspark.jpg

Photo: Mathieu Rod

Le coach m’a fait découvrir des muscles que je ne connaissais pas. Quand je n’en peux plus, je l’engueule. Mais on rigole bien!

Rea Dario (51)

Rea Dario, 51 ans, s’active hardiment sur un rameur du Fitnessparc de Malley (VD). C’est son échauffement avant de passer aux choses sérieuses: «Je suis en train d’éduquer un chien de sauvetage. Du coup, je m’entraîne deux fois par semaine pour pouvoir le suivre sur les lieux d’intervention.» Objectif: une année pour se remettre en forme et perdre dix kilos! Pour arriver à ses fins, elle a pris les services d’un coach personnel, Eric Coly, qui lui a concocté un programme sur mesure: travail de coordination sur un petit trampoline, renforcement musculaire avec une sangle TRX, gainage au tapis… «Avant j’allais courir seule, mais on fait toujours les mêmes mouvements. Le coach m’a fait découvrir des muscles que je ne connaissais pas. Quand je n’en peux plus, je l’engueule. Mais on rigole bien!» Souriant et attentif, Eric Coly corrige les postures et sait trouver les mots d’encouragement. Sa philosophie: «Pour résister à la fatigue, il faut se fatiguer.»  

Chiffres

  • Migros compte 124 centres de fitness, dont 17 Fitnessparcs et 2 aquaparcs.
  • Les fitness Migros ont actuellement 229 899 membres, dont 58 540 dans les Fitnessparcs.
  • 13 millions de visites ont été enregistrées en 2018

L’esprit d’équipe des docteurs de Medbase

medbase.jpg

Photo: Mathieu Rod

Il y a beaucoup d’échanges entre nous et chacun peut facilement demander un conseil à un collègue concernant un patient.

Dr. Barroussel, généraliste

Cadre moderne, salle d’attente qui ne désemplit pas, le cabinet Medbase de Cornavin a des allures de petit hôpital. Et pour cause: pas moins de dix médecins y exercent dans un esprit d’entraide quotidien. «Il y a beaucoup d’échanges entre nous et chacun peut facilement demander un conseil à un collègue concernant un patient, explique le Dr Barroussel, généraliste. Nous nous rencontrons alors dans les couloirs, le bureau de l’un ou de l’autre ou encore à la cafétéria. Cela a pour conséquence d’améliorer en permanence la qualité de nos soins et c’est très formateur.» Même son de cloche pour le Dr Moretti, cardiologue: «Grâce à cette proximité, je peux très vite rencontrer un patient envoyé par l’un de mes collègues généralistes et répondre à ses doutes sur une question cardiaque.» Cette dynamique permet ainsi une meilleure prise en charge des malades. «Puisque tout est centralisé, il y a moins de déplacements, précise le Dr Barroussel. Par exemple, si j’hésite à adresser un patient aux urgences, je peux demander l’avis d’un collègue et peut-être éviter un transfert à l’hôpital qui générerait une perte de temps et d’argent pour la personne qui consulte.»

Chiffres:

  • Medbase a financé pour la saison 2018/2019 les 250 doses de vaccin antigrippal nécessaires à la couverture des populations vulnérables du canton, qui sont suivies par le Service de médecine de premier recours (SMPR) des Hôpitaux universitaires genevois (HUG). Ce dernier s'est chargé de leur administration.
  • Medbase a connu une croissance d'activité de plus de 50% dans l'année écoulée à Genève.

m4music

m4music.jpg

Photo: Christian Schnur

Puis le refrain a commencé, c’était solaire et lumineux.

Fabienne Schmuki

Fabienne Schmuki est directrice d’Irascible Music, un label qui produit cinq groupes dont le duo zurichois Wolfman. En 2013, celui-ci avait envoyé son titre «All is random» dans le cadre de la Demotape Clinic de M4music. Fabienne Schmuki, qui faisait alors partie pour la première fois du jury, a immédiatement été séduite.

Cinq minutes plus tard, elle nous remettait sa carte.

Katerina «Kate» Stoykova

Katerina «Kate» Stoykova chante et joue du synthé. Elle a eu du mal à réaliser qu’elle et son complice avaient remporté la Demotape Clinic de M4music dans la catégorie «Pop». La directrice a tout de suite su que les Zurichois présentaient un fort potentiel. Six ans plus tard, elle peut affirmer que sa première impression était la bonne.

Nous avons fait preuve d’ouverture et d’enthousiasme.

Angelo Repetto

Dans le duo, Angelo Repetto chante et joue de la guitare. Pour lui, laisser des personnes étrangères juger sa musique dans le cadre du concours n’était pas chose évidente. Mais Fabienne l’a mis en confiance, le musicien avait l’impression qu’elle avait compris leur travail. Leur collaboration a donné au combo la confiance suffisante pour percer.

Chiffres

  • Les fans de la première heure, présents depuis l’année de fondation de M4music en 1998, auraient potentiellement pu découvrir 1000 groupes.
  • Au cours des vingt dernières années, plus de 15 000 chansons ont été envoyées au concours Demotape Clinic.
  • Les statistiques montrent qu’une machine à hot-dogs est dérobée tous les sept ans, ce qui en fait trois jusqu’à présent.

Un tournoi de jass intergénérationnel

Legende (de)

Photo: Dan Cermak

Le tournoi crée une complicité entre jeunes et vieux.

Eugen Balmer (85 ans), Bâle, joueur de jass depuis 70 ans

Dans la grande salle du Park im Grünen de Münchenstein (BL) règne un silence concentré. Les participants du tournoi de jass étudient leur jeu avec attention ou cherchent le regard de leur partenaire. Les rires et les conversations ne reprennent leurs droits qu’entre deux manches ou lors du comptage des points. Ici, les cheveux blancs côtoient les têtes blondes. Pas de doute, nous assistons à l’un des «Jass des générations» organisés par le Pour-cent culturel Migros afin de susciter les échanges entre les différentes tranches d’âge et encourager leur compréhension mutuelle.

Ici, les jeunes jouent contre les plus âgés et je trouve ça cool.

Simon Dietler (14 ans), Gempen (SO), joueur de jass depuis ses 8 ans

Chiffres

  • 2531 personnes ont participé au «Jass des générations» depuis sa première édition, en 2014.
  • 15 000 parties au total ont été jouées lors des tournois.
  • 88 ans: c’était la plus grande différence d’âge entre deux partenaires de jass. Un homme de 94 ans a joué au jass avec son arrière-petit-fils âgé de 6 ans.

Cours de peinture

klubschule.jpg

Photo: Christian Schnur

Le groupe qui se réunit tous les jeudis dans l'atelier de peinture de l'École-club Migros de Lucerne est aussi coloré que ne l’est ses tableaux. Normal à vrai dire puisque les participants – certains viennent ici depuis près de quinze ans – peignent ce qu’ils ont envie: des animaux, des paysages ou des personnages. Ici tout est permis. Et si l’un d’entre eux peine sur sa composition, le professeur Terry Achermann lui donnera un conseil, tout en faisant en sorte que toute la classe en profite.
Au fil des ans, de forts liens d’amitiés se sont tissés. À la fin des cours, certains vont prendre un café, boire un apéritif ou déguster une glace. Les échanges ne manquent pas non plus dans l’atelier. Et la classe d’être bien bavarde…

Chiffres

  • En 2018, l’École-club Migros a organisé 1294 cours de peinture et de dessin.
  • En 2018, l’École-club Migros a proposé 4366 cours dans la section Créativité comprenant des cours de cuisine ou de musique. 27 942 élèves y ont pris part.

Rencontre avec l’art

museum.jpg

Photo: Dan Cermak

Certaines odeurs ne sont pas assez fortes.

Eva (11) et Nino (13)

Par un froid dimanche après-midi, une visite guidée destinée aux familles est annoncée au Migros Museum für Gegenwartskunst. De nombreux enfants accompagnés de leurs parents affluent peu à peu dans la salle d’exposition à la lumière tamisée, où se tiennent de mystérieuses sculptures en film plastique transparent. La médiatrice artistique Cynthia Gavranic fait découvrir aux visiteurs la particularité de ces œuvres: on ne les appréhende pas seulement par les yeux, mais aussi par le nez puisqu’elles diffusent divers parfums.

Sabine Betschart (41 ans), conseillère en communication zurichoise, est venue avec sa fille Eva (11 ans) et son fils Nino (13 ans). Ces derniers portent un regard à la fois intéressé et critique: «Certaines odeurs ne sont pas assez fortes», estiment-ils. Dans une salle voisine, ils tombent sur une œuvre qui leur plaît beaucoup. Il s’agit d’un personnage de manga qui danse sur un écran. «Il est super bien fait!», juge Nino. Quant à sa sœur, elle analyse d’énigmatiques photos disposées sur un tapis. À la sortie, toute la famille est d’accord pour réitérer ce genre de visite.

Le prochain après-midi au musée dédié aux familles aura lieu le 14 avril.

Le Musée Migros d’art contemporain en chiffres:

  • L’an dernier, l’établissement a accueilli près de 26 500 visiteurs. 
  • Il abrite 1400 œuvres de 700 artistes. 
  • Parmi les créations présentées, l’une des plus imposantes est une sculpture en plâtre de la plasticienne Karla Black: elle occupe une surface de 270 m2 et pèse deux tonnes.

La bonne âme de Vésenaz

vesenaz.jpg

Photo: Mathieu Rod

Lorsque nous ne la voyons pas un matin, nous l’appelons pour savoir comment elle se porte. Un jour, un collaborateur est même allé lui livrer ses courses car elle était souffrante.

Hervé Ponthet, gérant du magasin, Vésenaz (GE)

Dans le supermarché Migros de Vésenaz (GE), tout le monde connaît et apprécie Thérèse Matringe, 89 ans. Venant tous les jours depuis vingt ans y faire ses courses, cette Gruérienne d’origine a la bonne humeur communicative, faisant ici la bise à une vendeuse entre deux rayons et buvant là, comme chaque matin, un petit café avec le gérant.

C’est donc tout logiquement que Thérèse est un peu devenue, au fil des ans, la bonne âme du magasin. «L’an dernier, j’ai même été invitée à la fête de Noël du personnel», se souvient Thérèse. Et Hervé Ponthet, gérant du magasin, de poursuivre: «Lorsque nous ne la voyons pas un matin, nous l’appelons pour savoir comment elle se porte. Un jour, un collaborateur est allé lui livrer ses courses, car elle était souffrante.»

L’an dernier, j’ai même été invitée à la fête de Noël du personnel.

Thérèse Matringe (89)

Chiffres:

  • En 2018, la campagne «Migros appartient à tout le monde» a motivé 26 758 clients à devenir coopérateur Migros, soit plus de quatre fois plus qu’en 2017.
  • Au total, Migros compte désormais plus de 2,2 millions de coopérateurs.

Les experts Migros

migipedia.jpg

Photo: Dan Cermak

Les pépites de chocolat incorporées à la pâte font la bonne taille et ont une saveur bien marquée.

Nadya Gloor (39 ans) et son frère Reto (43 ans)

Le petit groupe est unanime: les sablés choco à l’épeautre Bio sont délicieux. «Les pépites de chocolat incorporées à la pâte ont la bonne taille et une saveur bien marquée», estiment Nadya Gloor (39 ans) et son frère Reto (43 ans). La fratrie originaire de Wettswil am Albis (ZH) sait de quoi elle parle puisque tous deux sont boulangers et pâtissiers. Avec Alfred Honegger, informaticien à la retraite de 69 ans, habitant Lamboing (BE), ils se sont retrouvés au restaurant du personnel de Migros, situé sur la Limmatplatz, à Zurich, afin de déguster ensemble de nouveaux produits. Tous trois sont des membres très engagés de Migipedia, la plateforme des consommateurs de Migros.

Si de nombreux utilisateurs se contentent d’échanger en ligne, d’autres, comme nos trois testeurs, font la démarche de se rencontrer et finissent par se lier d’amitié. L’ensemble de la communauté évalue et commente les produits, faisant ainsi de Migipedia une précieuse banque d’informations élaborée par les clients pour les clients.

Chiffres

  • La plateforme des consommateurs de Migros compte 138 000 utilisateurs enregistrés.
  • 70 000 produits peuvent être évalués en ligne.
  • Grâce aux idées des «migipédiens», Migros a développé pas moins de 82 nouveaux produits, dont Blévita au Gruyère AOP et le sirop au mojito.