Navigation

Migros - M comme Meilleur.

23.10.2014 - Prises de position Le reproche de Greenpeace sur la chaussure Trevolution est injustifié

Greenpeace prétend que Migros ne respecte pas les directives et que des chaussures contenants des polluants figurent dans son assortiment. Cela ne correspond pas à la réalité.

Migros interdit l‘utilisation du groupe de polluants des HPA (hydrocarbures aromatiques polycycliques) durant tout le processus de production. Mais comme des impuretés sont possibles lors de l’usinage ou dans la matière première, nous avons défini des valeurs limites.

Les valeurs mesurées par Greenpeace ne contreviennent ni aux prescriptions légales ni aux exigences de Migros. Nos produits ne sont donc en aucune manière nocifs pour la santé.

Le reproche selon lequel nous nous engagerions trop mollement à réduire les polluants est injustifié. Nous définissons des exigences claires, les mettons en œuvre avec les fournisseurs et contrôlons régulièrement leur respect. Contrairement à ce que prétend Greenpeace, la chaussure pour enfants Trevolution respecte aussi les prescriptions qui s’appliqueront dès la fin 2015 au sein de l’UE.

Greenpeace écrit

«Avec 116 mg/kg, le modèle de chaussure pour enfants Migros Trevolution (Montana) contenait le plus de substances potentiellement cancérigènes du groupe HPA. Les produits pour enfants en contact avec la peau contenant plus de 0,5 mg/kg de substances cancérigènes du groupe HPA, ne pourront plus être vendus dans l’UE dès la fin 2015.»

Réponse de Migros

La valeur de 0,5 mg/kg (valable dès décembre 2015 dans l’UE) mentionnée par Greenpeace s’applique aux matériaux en contact direct avec la peau et aux huit HPA les plus critiques. Elle s’applique donc uniquement à la semelle intérieure. La semelle intérieure de la chaussure pour enfants Migros Trevolution respecte ces exigences. Aucun des huit polluants principaux n‘a été détecté. Les 116 mg/kg mentionnés concernent la semelle extérieure, sans contact avec la peau.

En conclusion

Avec ses fournisseurs, Migros est déjà sur la bonne voie pour réduire tous les polluants dans les textiles et les chaussures. Nous avons fixé des exigences en termes de polluants pour les produits textiles et des exigences spécifiques pour les souliers. Nous mettons ces dernières conjointement en œuvre et les contrôlons continuellement. Comme pour les textiles, nous appliquons un plan par étapes à la mise en œuvre de la production de chaussures permettant de réduire les valeurs en permanence. Mais la branche reste confrontée à divers défis: pour les semelles par exemple, des polluants peuvent aussi s’infiltrer dans le produit via les matériaux recyclés utilisés.