Navigation

Migros - M comme Meilleur.

Un réseau pour le soja issu de cultures responsables - 23.07.2010 Un réseau pour le soja issu de cultures responsables

Berne - Acquérir du soja issu d’une culture écologiquement et socialement responsable, communiquer ensemble ses atouts : ce sont là deux missions pour lesquelles travaillent d’importants acteurs de la filière suisse du soja. Coop, Migros, l’Union suisse des paysans, IP Suisse, l’Association suisse des producteurs de volaille, la Fédération suisse des producteurs de céréales, la Fédération des Producteurs Suisses de Lait, Suisseporcs, plusieurs négociants de soja et le WWF Suisse annoncent à cet effet la constitution d’un réseau.

ce_29_soja_netzwerk

Les acteurs oeuvrant dans le domaine de l’acquisition et de l’utilisation de soja non-OGM veulent autant que possible n’utiliser plus que du soja produit de manière responsable, satisfaisant aux « Critères de Bâle » ou à des standards comparables. Les Critères de Bâle ont été formulés en 2004 à l’initiative de Coop et du WWF. Le consommateur doit être sensibilisé à la plus-value, pour la production animale, du soja produit dans le respect de ces critères.

Le soja est une matière première essentielle pour la fabrication d’aliments pour animaux. La consommation croissante de viande, notamment dans les pays asiatiques, ainsi que l’interdiction des protéines animales dans l’alimentation des animaux, ont fait plus que doubler la production mondiale de soja au cours de ces vingt dernières années, production se chiffrant actuellement à environ 230 millions de tonnes par an.

Éliminer les effets secondaires indésirables de la forte demande de soja

L’ampleur de la demande est l’un des facteurs responsables de l’avancée des surfaces de culture du soja dans la forêt tropicale brésilienne et dans les savanes riches en espèces. Pour Jennifer Zimmermann, qui dirige le projet Consommation et économie du WWF, il est clair que « la culture de soja entraîne la destruction à grande échelle des forêts tropicales et va de pair, dans bon nombre de cas, avec le mépris des droits des travailleurs ».

La Suisse importe chaque année quelque 250 000 tonnes de produits à base de soja pour la fabrication d’aliments pour animaux. Environ la moitié de ce soja est déjà certifiée conforme au standard Proterra, qui se réfère aux Critères de Bâle. Commentaire d’Urs Schneider, directeuradjoint de l’Union suisse des paysans, impliqué dans la mise en place du nouveau réseau : « Le but est que, d’ici 2014, au moins 90 % du soja soit produit dans le respect des critères de durabilité. »

La constitution et la mise en oeuvre du réseau seront réglées dans le détail au cours des prochaines semaines. D’autres organisations et sociétés de la filière du soja seront invitées à y coopérer.

Pour toutes autres informations: